LE G.B.O NE VEUT PAS REVOIR LA NORMANDIE!

Publié le 07/10/2012

 

Pour son deuxième déplacement de la saison, le G.B.O avait rendez-vous en terre normande, à Gravenchon à proximité du Havre. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce séjour normand ne fut pas de tout repos puisqu’il se soldait par une défaite sur le score de 73-50.

 

Clairement dés l’entame du match il apparaissait que le climat normand ne convenait pas aux godviciens qui se retrouvaient menés 12-3 au  bout de 4 minutes de jeu. Et ces premiers instants furent le reflet fidèle de ce que serait tout le match. D’un côté des normands très en verve et d’une adresse, en particulier à 3 points, exceptionnelle (certains diraient insolente!) et de l’autre des isariens qui voyaient leurs tirs ressortir des paniers ou heurter le cercle mais jamais ou très rarement prendre l’itinéraire espéré! Ainsi et rien que sur la première période de jeu, les locaux inscrivaient 4 paniers bonifiés pour autant de tentatives. Malgré cela, les visiteurs tentaient de riposter mais comptaient déjà 12 points de retard à l’entrée du 2éme quart-temps (24-12). Les godviciens espéraient  bien sûr que l’orage passerait mais leurs hôtes continuaient à aligner leurs tirs avec la même réussite alors que la précision continuait à fuir le G.B.O. Ainsi, en moins de deux minutes, les shooteurs picards voyaient trois tentatives à 3 points rentrer dans le cercle pour ressortir par ….le haut! Heureusement , certaines tentatives connaissaient meilleur sort et le G.B.O parvenait à revenir à 10 points de leurs adversaires (29-19; 16’). Mais en face le tir de barrage continuait et lorsque le danger ne venait pas de l’extérieur le coach haut-normand mettait sur le terrain un joli « bébé » de 2m05cm et avoisinant les 130kgs qui se chargeait, avec moins d’adresse toutefois que ses partenaires, de marquer sous le panier. Dans ces conditions la mi-temps était sifflée sur le score de 41-26.

A la reprise le G.B.O durcissait sa défense et récupérait des ballons mais décidément rien ne voulait sourire à ses joueurs puisque le taux de réussite continuait à être particulièrement bas. Les godviciens attaquaient alors le dernier quart-temps avec un retard de 20 points ((59-39). Si l’on se réfère au match contre le CSMF, ce handicap apparaissait surmontable puisqu’à Paris ils avaient remontés 23 points de retard à l’entame de la dernière période de jeu.  Mais même si les joueurs du G.B.O tentaient d’inverser le cours des évènements ils ne réussissaient pas à réduire l’écart et s’inclinaient au coup de sifflet final 73-50.

 

Le G.B.O a donc enregistré une défaite en marquant un très faible nombre de points. Il faut sans doute remonter loin dans son histoire pour trouver un tel manque de réussite offensive. Par ailleurs, même si les joueurs de Gravenchon étaient en état de grâce, pour autant ils n’ont pas fait souffrir outre mesure la défense visiteuse si l’on regarde le nombre de points encaissés. Il y a maintenant une semaine pour préparer la venue du leader Fécamp. Un groupe se construit aussi dans la difficulté et dans une saison il faut savoir  rebondir après un échec. C’est comme cela qu’un groupe se construit et soyez certains, Chers Partenaires, que les joueurs, les dirigeants et l’encadrement technique auront à cœur de s’appuyer sur les valeurs de solidarité et de rigueur pour être dans les meilleures conditions pour accueillir Fécamp.